Comme dans tous les élevages bio, il vaut mieux prévenir que guérir les maladies du lapin. Suivez ces quelques conseils d’hygiène du clapier.

L’indispensable prophylaxie :

Pour avoir vu mon père dans les années 1960 qui en faisait élevage pour « arrondir les fins de mois », les lapins sont sensibles aux parasitoses et maladies diverses. Seule une bonne prévention sera efficace. Si vous pouvez facilement guérir des lapins atteints de gale des oreilles, du nez, d’indigestion d’herbes fraîches et de cannibalisme, car de simples mesures prophylactiques en viendront à bout. Mais lorsque dans votre clapier s’installe dans votre clapier la coccidiose, le coryza contagieux ou septicémique ou la myxomatose, il y a de fortes chances que vous n’en veniez jamais à bout.

Ces simples règles vous éviteront bien des déboires :

si les courants d’air froids et humides sont mauvais, une bonne aération par contre est indispensable au clapier.

Une litière propre saupoudrée d’un peu de lithothamne (algues marines) fixe le gaz ammoniac de l’air au clapier, assaini, diminue l’humidité, qui est l’ennemi mortel du lapin.

Fournissez des verdures ou restes de culture issus de la culture biologique.

 

Les vers du lapin :

Il est possible que les lapins soient atteints de cysticercose ou de cérunose causé par le ténia du chien. Il est donc conseillé d’éloigner les chiens du clapier. Il faut éviter aussi de ramasser de l’herbe dans un endroit très fréquenté par les chiens.

La gale des oreilles ou du nez du lapin :

Le meilleur moyen de lutter c’est la prévention en nettoyant et désinfectant complètement le clapier.
La coccidiose du lapin :
Même les remèdes allopathiques en viennent difficilement à bout..

Coryza

Myxomatose

L’huile de foie de morue pour les lapins :

Donnez 7 à 8 jours par mois de l’huile de foie de morue à la dose d’une cuillère à café à une mère élevant ses petits dans du son légèrement humidifié.
Une cuillère à soupe pour une dizaine de lapins.