Bannière avec oeuf bio et coccinelles

ATTENTION ! Période caniculaire sur plusieurs jours !

Prévoyez de l’ombre pour vos animaux et veillez à ce qu’ils aient toujours de l’eau à disposition. Placez les abreuvoirs à l’ombre pour éviter la montée en température de l’eau.

Un petit poulailler amateur bio pourquoi ?

L’élevage de quelques poules ne doit pas devenir une contrainte, mais un plaisir.
L’élevage traditionnel des poules vous apportera des satisfactions. Élever des poules est simple, peu coûteux et rentable.
Les poules pondeuses vous offrent leurs œufs pour finir, bien souvent après quelques années, un beau dimanche, au pot, comme il était de tradition dans nos campagnes.
Les poules pondent d’autant plus que votre poulailler bio est bien tenu et qu’elles soient bien nourries.
En liberté, si vous disposez d’un grand jardin ou que vous êtes à la campagne, elles trouvent sur leur parcours déjà une bonne partie de leur alimentation. Quelques poignées de grains en complément suffisent.
Dans un enclos, le sol ne répond plus à leurs besoins, mais quelques pâtées bien dosées, du grain et des rations de verdure, comme l’ortie hachée, sont suffisants.
Il existe de nombreuses races de poules. Chaque race a ses particularités : il y a les pondeuses, les races de chair et celles qui savent allier les deux caractères, les races mixtes.
Votre poulailler bio peut être fixe ou transportable. À peu de frais, il est possible d’en construire un soi-même. Quel que soit votre choix, le poulailler biologique sera aéré et facile à entretenir.
Vous trouverez sur le site de nombreux plans gratuits.


coq dans la cour du poulaillier

Le coq aura une place de choix au poulailler bio pour la production de jeunes poulets et poulettes

Poulailler bio à la campagne

L’amateur pourra élever dans un poulailler plusieurs espèces de volailles.

oeufs frais

 Et tous les jours de bons œufs frais….

….mais aussi des lapins dodus, des oies pour Noël, bien sûr la dinde ou la pintade au goût de gibier, les canards gras…….

……et pourquoi pas un pigeonnier ou un petit élevage de cailles

Le bien-être animal doit être une préoccupation majeure de l’éleveur amateur.

Quelle que soit la finalité de l’élevage biologique, il doit être conduit en respectant les animaux le temps de leur passage dans la basse cour familiale.
On voudrait croire et espérer que les volailles de la basse-cour familiale, les animaux de la « petite ferme » trouvent un gite et un couvert de qualité et des conditions respectant les animaux. Malheureusement, souvent, il n’en est rien. Il suffit de se promener pour découvrir des poulaillers qui offrent des conditions bien pires que celle qu’offre un élevage industriel. On y voit des poules ou canards plus ou moins déplumés pataugeant un bourbier, seulement protégés des intempéries par un amas de planches, de tôles disparates et de bidons rouillés… On est là dans la maltraitance des animaux !

Du rêve de basse-cour bio ou de « petite ferme » à la réalité, il y a l’observance de règles et de principes de bientraitance des animaux :

  • Disposer de l’espace nécessaire.
  • Être disponible, les animaux demandent du temps pour leur élevage.
  • Avoir les ressources et être capable de distribuer une nourriture saine et équilibrée, car l’élevage biologique des animaux ne se résume pas à quelques poignées quotidiennes de granulés ou pellets.
  • Vous n’êtes pas vétérinaire, consultez-le et ne pratiquez aucune intervention sur vos animaux. Restez vigilant, infection et infestation menacent un élevage même bien tenu.
  • Certaines pratiques doivent bannies : alimentation forcée (gavage), claustration, coupage du bec, éjointage des ailes, etc.
  • Pour ceux qui pratiquent un élevage vivrier, le sacrifice final doit être rapide et sans douleur inutile. (Ce sujet divise bien des éleveurs, mais tout le monde doit se respecter !)

Donnez à vos poules une alimentation équilibrée riche en protéines.

Mettez à disposition un bac à poussière à l’abri de la pluie. Pensez de temps à autre à recharger le bac avec du sable mélangé avec un peu de cendre de bois tamisée et un peu de soufre.

Surveillez la prolifération possible des parasites.  Surveillez bien l’état sanitaire des pattes de vos poules et en cas de doute n’hésitez pas à faire des bains de pattes.

Ramassez les œufs tous les jours en cas de période de gel.

Raclez la boue devant l'entrée du poulailler

À la petite ferme bio :

Veillez à ce que vos animaux aient toujours de l'eau fraîche et propre à disposition.

Nettoyez régulièrement les locaux pour que les animaux disposent d'une litière propre.

Pour ceux qui ont un âne, des chèvres, des moutons vérifiez qu'ils disposent d'une pierre à lécher.

Raclez la boue devant l'entrée des locaux.

À l’atelier :

Faites de nouvelles constructions de poulailler : en tunnel, tracteur à poules, ou même avec de la récup. et pourquoi pas tout en bois de palettes. Et pourquoi pas un pigeonnier.

 

bannière widgets image du jour122canard en automne

bannière simple poulailler

Agenda du poulailler bio

bannière widgets au jardin de l-éleveur

Sur les parties libres de cultures au potager, installez vos poules. Elles débarrasseront le sol de nombreux vers parasites du sol. Leurs fientes fumeront la terre.

Vous pouvez les parquer avec une clôture amovible de type « filet ».

Faites la même chose en les installant au pied des arbres fruitiers.

Distribuez les fanes de légumes si vous n'avez pas de parcours suffisant.

 

bannière widgets dicton du mois de la basse-cour"La poule pond par le bec"

Calendrier lunaire 

bannière widgets actualité poulailler bio

Prenez des précautions pour éviter l’influenza aviaire : mettez hors de portée des oiseaux sauvages surtout en période de migration, les abreuvoirs et les distributeurs de grains ou les bacs à pâtée.