L’éleveur amateur autrefois aurait pu faire son choix parmi de nombreuses races de porcs français locales qui étaient bien adaptées au climat de chaque région ou terroir.

La rationalisation de l’élevage et la course au profit ont fait disparaitre même si de courageux éleveurs ont su faire œuvre de conservatoire de races. Ou remis au goût du jour certaines pratiquement éteintes. Par exemple le porc basque.

Malgré tous ces efforts, la multitude de races qu’ont connues nos grands-parents n’est connue maintenant que des initiés.

Les élevages maintenant en France s’en tiennent à ces quelques races : large-white, land-race, porc blanc de l’Ouest et piétrain.

Porc Basque

Le standard de la race :

C’est un porc aimant chercher sa nourriture dans les bois et dans les champs (herbe, châtaignes, glands, fruits, insectes, etc.). Court sur membres avec un corps ramassé il se caractérise par sa couleur noire (tête et cul) et blanche (le reste du corps). Ses oreilles noires tombent sur les yeux. Résistant aux mauvaises conditions climatiques, il est idéal pour l’élevage en semi-liberté.

Porc blanc de l’Ouest.

Le standard de la race :

C’est un cochon de grande taille rustique adapté à l’élevage en plein air. Le verrat mesure 1,1 m au garrot pour plus de 400 kg et la truie 1,05 m pour environ 350 kg. Ils mesurent entre 1,7 et 1,9 m de longueur. Pour l’élevage amateur, c’est une bonne race qui se contentera de sous produits laitiers, avec des issues diverses (son), des légumes et des céréales.

 

%d blogueurs aiment cette page :