Les cailles sont naturellement résistantes aux maladies. Certaines affections souvent sans gravité peuvent apparaitre, quelques gestes simples peuvent en venir à bout.

parcours de cailles en volière

Un petit parcours bien exposé et protégé des courants d’air sera profitable aux cailles et évitera bien des maladies.

 

Prévention des maladies des cailles :

Dans un élevage amateur bio de cailles si les règles d’hygiène et de méthode d’élevage sont respectées vos cailles n’auront à subir que très rarement des affections graves.
La cause la plus fréquente des maladies ou accident (boiteries) chez les cailles est le confinement.
L’ennemi des cailles c’est l’humidité et surtout les courants d’air.

cailleteaux sur litière de paille

Les cailleteaux sont sensibles à l’humidité excessive et les courants d’air qui peuvent favoriser l’apparition de maladies.

Une alimentation équilibrée riche aussi en minéraux avec un apport de verdures parfaitement fraiches.
Même si cela est peu paraître difficile toutes les pathologies graves chez une caille demandent son sacrifice pour éviter toute contamination des autres sujets. Exemple : diarrhée chez les cailleteaux qui peuvent annoncer la terrible coccidiose.
Les cailles atteintes de gêne respiratoire avec apparition de membranes blanches dans la gorge sont elles aussi sacrifiées et leur congénère mis en quarantaine.
Garder des cailles gravement malades est un contre sens. Vos animaux meurent au final dans la souffrance et contaminent les autres.
Désinfectez aussi très régulièrement les locaux.
N’élevez pas les cailleteaux sur des copeaux de bois ou de la sciure par exemple, c’est une litière qui conserve l’humidité.

Soigner les maladies des cailles :

Il ne s’agit là que de maladies que l’amateur sans utiliser de médicament vétérinaire pourra guérir.

    • Une simple diarrhée :

Toujours apporter de la verdure coupée en fin de matinée lorsqu’il n’y a plus de rosée. Enlever le soir les verdures non consommées.
En cas de persistance, supprimez l’apport de verdure quelque temps.

    • Le picage entre les cailles :

Cela peut-être dû à une trop grande densité d’individus au m2.
Mais le plus souvent, cela est dû à une alimentation déséquilibrée pas assez riche en protéines.

%d blogueurs aiment cette page :