Élevage des paons

 

Le paon est vraiment un oiseau royal tant son plumage est beau avec des coloris chatoyants et sa longue traine merveilleuse lorsqu’elle se dresse en éventail. Il sait se faire entendre en lançant ses tonitruants « Lé… on ! … Lé… on ! » Suivez ces quelques conseils pour son élevage bio.

Description et origine :

paon bleu

Les paons seraient originaires de l’Inde

Si la femelle est plus modeste, plus discrète que le mâle, le plumage est moins coloré, mais elle est élégante et gracieuse, avec son long cou et sa fine tête surmontée d’une aigrette.

Le paon est un oiseau très indépendant.

Il ne pourra être élevé à la campagne dans de grands jardins peuplés de grands arbres.

Il n’y a pas de plus bel oiseau que le paon lorsqu’il fait la roue pour parader.

Ils sont monogames, c’est-à-dire qu’ils sont élever par couples, comme les pigeons ou polygame :

Dans la nature ils vivent par petite troupe composée composés d’un mâle et de 2 à trois femelles.

L’ami qui m’a aidé à écrire cet article préfère l’élevage par couple.

« Bergé » qui élève des paons me demande d’apporter un rectificatif intéressant :

 _Les paons ne sont pas monogames, car, comme leurs proches cousins les coqs et les faisans, les mâles ont besoin d’avoir plusieurs femelles à « disposition ». D’ailleurs, quand celles-ci couvent, et sont donc « indisponibles », il n’est pas rare qu’ils partent dans le voisinage à la recherche d’une autre demoiselle.

_D’autre part, les paonnes sont d’excellentes couveuses et remarquables mères protectrices et je ne comprends pas que vous suggériez de faire couver les œufs par d’autres espèces. Personnellement, mes paonnes pondent sept œufs en moyenne et élèvent autant de petits chaque année. Bien cordialement.

Il en existe plusieurs variétés qui se différencient surtout par la couleur de leur plumage. On distingue le paon commun, un oiseau décoratif.

Le paon commun

Mâle.

Tête est bleue avec des joues noires avec petites rayures blanches au-dessus de l’œil.

Le cou est orné de plumes bleu foncé, à reflets chatoyants.

Le dos est de couleur vert bronze, chaque plume bordée de noir ; plumes primaires : chamois foncé ; plumes secondaires : bleu noirâtre, avec reflets gris bleu ; plumes de la queue (traîne) : fond bronzé portant des taches en forme d’œuf dont le centre, noir velours, est entouré de différents tons de verts allant du vert émeraude au vert pâle.

La queue peut atteindre 1 mètre.

Femelle.

femelle du paon

La tête et le cou sont de couleur brun rougeâtre avec une ligne blanche entre œil et bec.

La huppe ou aigrette est de couleur brune à reflets verts et roux.

Le cou est fin et couvert de petites plumes d’un beau vert métallique, allant du gris et vers le brun.

Le dos va du blanc au brun, en passant par le gris avec quelques plumes rougeâtres.

Pattes et tarses sont bruns.

.

Élevage bio des jeunes paons ou paonneaux.

C’est au printemps vers le mois de mai que la paonne pond une douzaine d’œufs.

La coquille est de couleur fauve, tachetée de points bruns et de la grosseur des œufs de dinde.

La femelle cache son nid, car le mâle étant d’un caractère jaloux serait capable de les détruire. L’incubation dure vingt-huit à trente jours.

Il faut ramasser les œufs, au fur et à mesure qu’ils sont pondus, pour les confier à une grosse poule ou à une dinde couveuse.

Les œufs seront bien fécondés que par des maux de deux ans.

À leur naissance, les paonneaux sont vigoureux.

On les met dans une éleveuse chauffée pendant les premières semaines ;

Petit à petit par beau temps on les fait sortir.

jeunes-paons-dans-lherbeMerci à marc

Les jeunes sont nourris avec ce type de pâtée :

Farine d’orge et de son additionnée de verdures hachées (orties, salades montées).

Il faut absolument apporter des protéines sous forme de vers de terre hachés, etc.

Ajoutez de l’huile de foie de morue.

En alternance on donnera du riz et du blé cuits.

Dès que les jeunes oiseaux ont développé l’aigrette, les paonneaux se contentent de grains ou d’une bonne pâtée pour poule.

Disposant d’un grand parcours, ils trouveront vers et insectes indispensables à leur développement.

logo-lautomne-au-poulailler

En fin d’automne et en hiver, l’éleveur amateur pour le confort des volailles doit lutter contre le froid et l’humidité pour aider ses protégés à passer « la mauvaise saison ». Donnez à vos poules une alimentation riche et équilibrée. N’hésitez pas à faire des apports de compléments. Le parcours est souvent boueux, offrez-leur en guise de verdure des graines germées et des légumes du potager comme le chou. Remplacez souvent les litières. En cas de très grand froid, isolez parfaitement le poulailler et protégez le clapier des intempéries. Les prédateurs comme les fouines, le renard, l’hiver sont en quête de nourriture, vérifiez bien que les locaux leur soient inaccessibles.
bannière widgets image du jour122 ancienne-image-fermiere Profitez de belles journées ou bien à l'abri pour faire de nouvelles constructions de poulailler : en tunnel, tracteur à poules, ou même avec de la récup. et pourquoi pas tout en bois de palettes. Et pourquoi pas un pigeonnier. A voir aussi : comment faire une couveuse artificielle
bannière simple poulailler

Agenda du poulailler bio

bannière widgets la une

lapin hiver

C'est l'automne pluies et humidité accrue la nuit seront au programmes. Le parcours devient boueux (petit parcours). Surveillez bien l’état sanitaire des pattes de vos poules et en cas de doute n’hésitez pas à faire des bains de pattes. Changez la litière plus fréquemment, car elle se souille rapidement.  Envisagez la plantation d'arbustes, c'est la bonne saison. Les insectes aussi prolifèrent encore à l'abri dans le poulailler, tenez à disposition de vos protégées un bac à poussière à l'abri des pluies.

 

bannière widgets dicton du mois de la basse-cour

"La poule pond par le bec"

Calendrier lunaire du mois de novembre 2016

clandrier-lunaire-novembre-2016

bannière widgets actualité poulailler bio

Prenez des précautions pour éviter l’influenza aviaire : mettez hors de portée des oiseaux sauvages surtout en période de migration, les abreuvoirs et les distributeurs de grains ou les bacs à pâtée.

%d blogueurs aiment cette page :