Devant la multitude des modèles, il est souvent difficile de choisir un poulailler adapté à ses besoins. Voici quelques conseils.

homme intérogatif devant livre et ordinateur

Le choix dépendra de nombreux critères que j’ai classés par ordre d’importance :

Le nombre de poules ou de volailles.
La race choisie naine ou lourde (pour les poules)
Son côté pratique : accès facile, récolte des œufs, entretien et désinfection aisée.
La sécurité : il doit pouvoir être parfaitement clos la nuit pour éviter toute intrusion de prédateur.
La qualité des matériaux employés. Je ne classe ce caractère de qualité qu’a cette position, car le poulailler peut être d’une qualité de fabrication irréprochable et ne pas répondre aux critères de choix précédent.
L’esthétique : c’est surtout important pour les petits jardins où il peut servir d’élément de décors.
Enfin et en dernier le prix ! En effet, le prix de votre futur poulailler ne doit motiver votre choix qu’après l’appréciation des caractères de jugement précédents.

Les poulaillers qu’il faut éviter d’acheter :

Les trop petites constructions qui souvent sont annoncées comme pouvant contenir 5 à 6 poules alors qu’un éleveur averti n’en mettrait que 2 !
Les poulaillers avec la volière intégrée. Les montants sont fréquemment trop fins et de piètre qualité. Préférez l’achat de « l’habitation » et faites vous-même l’enclos simplement avec de solides piquets de châtaignier.

Le poulailler landais sur pilotis. Seule son esthétique est remarquable. Lorsqu’il était implanté dans les zones de forêt des landes du sud-ouest dans les airials, c’était pour des raisons pratiques. Il mettait à l’abri les poules des attaques de loup et de renards. Les loups ont disparu et les renards peuvent être contenus par des clôtures électriques.
Vous trouverez ici un modèle se rapprochant du poulailler landais, mais contrairement à l’original qui avait un plancher à claire-voie celui-ci est isolé à la base.

%d blogueurs aiment cette page :